Poids vs IMC : quel indice compte vraiment ?

L’obésité est une menace de plus en plus pressante pour la population française. Il est vrai que nous sommes loin des records atteints aux États-Unis où un rapport rendu récemment révèle que dans près de 2 états sur 3, le taux de personnes adultes obèse est supérieur à 25%. Cela veut donc dire 1 personne sur 4. Ce chiffre augmente constamment et rien ne semble prévaloir une baisse dans les décennies à venir.

Peut-être alors est-il temps de redéfinir ce que nous appelons « obésité ». Pendant de nombreuses années c’était un concept assez flou : ai-je l’air grosse ? Est-ce que je me sens grosse ? Ai-je des problèmes de santé qui sont les signes d’un surpoids prononcé ? Ceci étant basé sur l’IMC (Indice de Masse Corporelle), un indicateur calculé (taille en cm / poids en kg au carré) pour évaluer la masse grasse pour l’adulte de 18 à 65 ans. Votre IMC vous classe alors dans une tranche de poids qui va de maigreur, corpulence normale, surpoids à obésité (modérée, sévère jusqu’à morbide). Bien souvent nous considérons comme obèses des personnes qui sont simplement en surpoids et qui auraient besoin de perdre quelques kilos.

Alors que le poids est le baromètre majeur d’une bonne santé. La montée sur le pèse-personne est un réflexe quotidien de beaucoup de poidspersonnes. L’IMC n’est pas une donnée dont les médecins vous parleront mais que vous lirez partout dans les magazines. Si vous mesurez 1m65, vous atteindrez la barrière du surpoids (selon l’indice IMC qui sera alors supérieur à 25) à 68 kilos. Il va devenir de plus en plus irréaliste pour la plupart d’entre nous d’avoir un IMC inférieur à 24/25. Quand la barrière est trop haute, nous abandonnerons plus facilement.

Nous devons revenir à une façon plus réaliste de considérer la question du poids. C’est la situation corporelle dans son ensemble qui compte, la pression artérielle, le taux de glucide, le cholestérol et le style de vie (alimentation, activité physique, non fumeur, gestion du stress…)… le poids étant l’un des facteurs, mais pas le seul objectif à atteindre.

Choisir un poids réaliste et un bon état de santé générale devrait être l’objectif majeur à atteindre, plutôt qu’un poids idéal. Pour de nombreuses personnes, un IMC de moins de 25 ne va pas être une réalité. Nous devons réfléchir davantage sur un objectif de poids que nous sommes en mesure de maintenir et ne pas tomber dans la spirale infernale des régimes qui n’en finissent plus.

You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “Poids vs IMC : quel indice compte vraiment ?”

  1. […] This post was Twitted by maigrirasr […]

Faire un commentaire

Switch to our mobile site